Chaudières au gaz, Vers la fin dès 2021 ?

Dès la rentrée en vigueur de la réglementation RE2020 à l'été 2021 les chaudières au gaz seront interdites dans les nouvelles constructions.

Chaudières au gaz, Vers la fin dès 2021 ?

Contrairement à la réglementation thermique 2012 (RT2012) qui avait mis en avant les chaudières gaz à condensation; la réglementation environnementale 2020 (RE2020) rend quasi impossible ce mode de chauffage dans les nouvelles constructions.

Initialement prévue au 1er janvier 2021; la RE2020 entrera en vigueur pour tous les logements neufs dont le permis de construire sera déposé après juillet 2021; retard dû à la crise de la Covid19.

Cette réglementation en charge des normes environnementales sera plus exigeante que l’ancienne directive jusqu’ici en application. Un des objectifs recherchés est la diminution de l’impact carbone des nouveaux logements sur l’ensemble de leur cycle de vie, y compris les phases de construction et de destruction.

Le bâtiment : un secteur énergivore.

Dans un tweet, Emmanuelle Wargon, Ministre du Logement, indique que le secteur du bâtiment en France représente : 

  • 45% de la consommation énergétique
  • plus de 25% des émissions de gaz à effet de serre.

Aujourd’hui, 37% des habitations, soit 11 millions de foyers français,se chauffent au gaz.

Les chaudières gaz à condensation sont encore installées dans 20% des maisons neuves mais représentent surtout 75% des appartements neufs. C’est donc dans le logement collectif que la mesure sera la plus drastique.

Barbara Pompili, Ministre de la transition écologique, déclare le 24 novembre 2021 : « Nous ne pouvons continuer avec près de trois quarts des logements neufs sortant de terre pour être chauffés au gaz ».

Qui est concerné ?

En effet les maisons individuelles et les logements collectifs ne sont pas logés à la même enseigne. Si la réglementation RE2020 entrera en vigueur dès l’été 2021, les logements collectifs bénéficieront d’un délai d’adaptation. La fin programmée des chaudières au gaz  est prévue pour 2024.

Même s’il ne s’agit pas d’une réelle interdiction, la réduction drastique des seuils d’émission de gaz à effet de serre rend cette solution de chauffage quasi impossible.

Quelles alternatives aux chaudières au gaz?

Des solutions alternatives pour les maisons individuelles sont déjà existantes .

Afin d’atteindre le seuil de 4kg de CO2 par an et par m², le secteur du bâtiment va principalement se tourner vers les solutions de chauffages plus performantes comme les pompes à chaleur (PAC), les panneaux photovoltaïques ou les poêles à granulés de bois.

panneaux photovoltaïques / chaudières gaz

Cependant ces alternatives sont bien plus coûteuses que les chaudières gaz à condensation.

À titre de comparaison, l’agence de la transition écologique (ADEME) indique un prix variant entre 8000 € et 18000 € selon la taille de la maison contre 3000 euros pour une chaudière au gaz.

Les pompes à chaleur permettent de diviser par trois la consommation de chauffage et de réduire fortement les factures des futurs propriétaires ou locataires, malgré l’investissement est deux fois plus cher,

À l’inverse, les logements collectifs sont équipés pour plus de 75% par des chaudières gaz à condensation. Les solutions alternatives sont alors plus difficiles à mettre en œuvre, le gouvernement l’a bien compris, d’où ce délai d’adaptation.

Le seuil maximum d’émission de gaz à effet de serre sera donc maintenu à 14kg de CO2 par an et par m²; le nouveau seuil de 6Kg de CO2 par an et par m² ne sera mis en application qu’en 2024.

Ce temps supplémentaire permettra de développer des solutions innovantes et de démocratiser les solutions existantes; telles que les pompes à chaleur collectives de grande puissance, les chaufferies biomasses ou la géothermie.

Attention au tout électrique !

Les professionnels du secteur vont devoir s’adapter mais le gouvernement dit déjà non au tout électrique.

Afin d’éviter des pics de consommation en période de grand froid, le gouvernement envisage déjà de faire évoluer la réglementation. Un seuil de consommation électrique non renouvelable sera fixé par la suite.

Nul doute que la RE2020 fera encore parler d’elle.

Au delà de la fin programmée du chauffage au gaz, c’est surtout sur l’isolation et la conception même du bâtiment que les efforts énergétiques se feront à l’avenir.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

chaudières au gaz

Ne ratez plus aucune information Inscrivez vous !

Dimmozor

Vous êtes un particulier

Vous êtes un professionnel