DPE : comment améliorer sa note énergétique ?

Comment améliorer sa note au DPE ? En France, 4,8 millions de résidences principales sont considérées comme des passoires thermiques qui risquent d'être écartés du marché locatif.

DPE : comment améliorer sa note énergétique ?

Dans un contexte de hausse des prix de l’énergie, notamment du gaz et de l’électricité, il est primordial de rénover son logement. En France, 4,8 millions de résidences principales sont considérées comme des passoires thermiques. Le logement est le 2ème secteur responsable des gaz à effet de serre derrière celui du transport. Si dans le neuf l’Etat règlemente les nouvelles constructions via la réglementation thermique (RT2012) et la futur RE2020, le marché immobilier ancien reste libre bien que, dans un avenir plus ou moins proche, l’État envisage d’écarter du marché locatif les logements les plus énergivores.

Qu’est ce que le Diagnostic de Performance Energétique ?

Lancé en 2006, le DPE est un outil de sensibilisation aux performances énergétiques et au taux d’émissions de gaz à effet de serre de votre logement. Obligatoire pour toute vente ou mise en location, prés de 11 millions de DPE ont déjà été réalisés, soit environ 1/3 du parc de logements français. Depuis juillet dernier, une refonte en profondeur du DPE a eu lieu. Plus fiable, plus lisible, avec de nouveaux modes de calcul pour tenir compte de l’urgence climatique, il est surtout devenu opposable et voit donc la responsabilité du vendeur ou bailleur engagée, en cas d’informations erronées, et pourra être appelé en réparation des préjudices causés.

>>>> Diagnostic de performance énergétique (dpe) : ce qui change en 2021 ?

Pourquoi améliorer l’étiquette énergétique de votre logement ?

Depuis la mise en application du nouveau DPE et de la loi Climat et Résilience, le marché immobilier et notamment le marché locatif est bouleversé. Même si l’objectif de réduction de gaz à effet de serre et d’économie d’énergie est noble, il n’en reste pas moins que les propriétaires et surtout les bailleurs devront réaliser de nombreux travaux de rénovation, souvent fort couteux, sous peine de ne plus pouvoir mettre en location leurs logements prochainement.

Dans un tweet, Emmanuelle Wargon, Ministre du Logement, indique que le secteur du bâtiment en France représente 45% de la consommation énergétique et plus de 25% des émissions de gaz à effet de serre.

Le gouvernement, par le biais de la Ministre, désigne clairement le secteur du bâtiment comme en grande partie responsable de la consommation énergétique en France, mais aussi comme un secteur pouvant fournir de nouveaux efforts pour réduire drastiquement son impact écologique. Avec la récente refonte du DPE, et notamment de sa nouvelle étiquette signalétique, l’État va faire la chasse aux logements énergivores en les qualifiant d’indécents.

>>>>> Location : les logements énergivores bientôt interdits

Il est donc primordial pour les propriétaires, notamment les bailleurs, de réaliser des travaux de rénovation énergétique en vue d’améliorer l’étiquette du DPE. Afin d’orienter les propriétaires dans le choix de réalisation des travaux de rénovation, chaque diagnostic prévoit des recommandations de travaux à réaliser ainsi que le gain énergétique potentiel.

Attention tout de même : bien que le nouveau DPE préconise certains travaux, ceux ci n’ont qu’une valeur informative. En effet, contrairement au reste des informations indiquées dans le DPE, les recommandations de travaux ne comportent aucune garantie de résultat. Concrètement, si après la réalisation des travaux recommandés par le nouveau DPE, la note énergétique ne venait pas à s’améliorer, le vendeur, le bailleur ou le diagnostiqueur ne pourra pas être poursuivi en justice et ce malgré les travaux entrepris.

Comment améliorer l’étiquette énergétique de votre logement ?

Les travaux qui permettent d’améliorer l’étiquette énergétique de votre logement visent deux objectifs : améliorer la performance énergétique de votre logement et réduire les gaz à effet de serre.

Pour obtenir des résultats efficaces, généralement, une rénovation complète s’impose.

Le premier axe de rénovation concerne les travaux d’isolation. En isolant votre logement, vous pouvez réduire sa consommation énergétique. En plus de faire du bien au climat, vous ferez du bien à votre portefeuille en réalisant d’importantes économies. Dans un premier temps, orientez vous vers l’isolation de vos combles qui sont responsables pour près de 30 % des déperditions de chaleur. Plus complexe à mettre en place mais à ne pas négliger, l’isolation des murs est tout autant efficace. Même s’il est moins compliqué et onéreux d’isoler les murs par l’intérieur, la perte d’espace est à prendre en compte, notamment dans les  grandes villes où le prix de revente au m² peut atteindre des sommets. L’isolation des murs par l’extérieur est donc à privilégier. Cependant, dans le cas d’immeubles en copropriété, il vous faudra voter et obtenir l’accord des copropriétaires pour réaliser ses travaux collectifs. Enfin, pensez aussi au changement de toutes vos ouvertures et notamment des fenêtres, notamment si elles sont en simple vitrage.

Autre point à ne pas négliger : l’isolation des sols. En effet, on oublie souvent que la déperdition de chaleur peut aussi avoir lieu par les sols. Si votre maison a été construite sur un vide sanitaire ou une cave, il en sera plus facile de l’isoler. D’autant plus que vous n’aurez plus la sensation de marché sur un sol froid, notamment en plein hiver.

Le dispositif de chauffage, au-delà de votre confort, est un élément important de la note du DPE.

Afin d’améliorer les performances de votre logement, pensez à modifier votre mode de production d’eau chaude sanitaire et de chauffage. En optant pour une installation moins émettrice en gaz à effet de serre, votre note énergétique sera améliorée. Plus couteux qu’un simple ballon d’eau chaude, l’installation d’un ballon thermodynamique pour la production d’eau chaude vous permettra de réduire votre impact écologique. Allier à une pompe à chaleur pour chauffer votre logement, les résultats seront quasi sûrs.

Attention, changer votre mode de chauffage en passant par exemple du fioul à une pompe à chaleur semble être une bonne idée. Cependant, il sera impératif de prévoir dans le même temps l’isolation de votre logement sous peine de voire vos factures d’énergie augmenter malgré les travaux entrepris et donc voir votre note énergétique se dégrader.

Une fois tous ces travaux réalisés, votre logement risque d’être « trop isolé ». Afin d’éviter toute trace de moisissures, il faut impérativement prévoir des travaux pour ventiler les pièces de votre habitation afin de permettre la circulation de l’air. Si, dans les faits, on pourrait se limiter à ouvrir les fenêtres plusieurs fois par jour, il est beaucoup plus efficaces de prévoir un système de ventilation automatisé. Pensez donc à inclure dans vos travaux la pose d’une VMC. Il en existe plusieurs sortes : simple flux, double flux… Si vous êtes néophyte sur le sujet, faites vous accompagner dans le choix de celle-ci afin d’allier efficacité et économie.

Au vu des sommes engagées, et afin d’éviter toute déconvenue, il est fort utile de réaliser en plus du DPE un audit énergétique de votre logement. Adressez vous à un professionnel RGE afin qu’il vous oriente vers les travaux prioritaires.

Depuis 2005, L’Etat incite via différents dispositifs la rénovation énergétique. Le dispositif MaPrimeRenov lancée en janvier 2020 vous permettra donc d’améliorer le confort de votre bien tout en réduisant vos factures d’énergies. L’aide est un succès : plus de 500 000 dossiers ont été déposés depuis janvier dernier. Toutefois, vu le nombre de logements à rénover, ce dispositif risque d’être insuffisant.

D’autres aides financières sont cumulables avec MaPrimeRenov’. On retrouve notamment le taux de TVA réduit à 5,5 %, l’éco-prêt à taux zéro et les Certificats d’Economie d’Energie (CEE). A noter que certaines subventions  de collectivités locales peuvent aussi être accordées.

L’Etat a aussi mis en place le réseau « FAIRE » afin d’orienter les particuliers dans leur démarche. Les conseillers « FAIRE » aident à réaliser gratuitement un bilan de la consommation énergétique du logement avant d’orienter les particuliers vers les solutions de rénovation les plus adéquates.

Via le simulateur Simul’aides mis en place par l’Etat, vous pourrez estimer le montant des aides auxquelles vous pouvez prétendre.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp
Partager sur telegram
Partager sur email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

DPE - Passoires Thermiques - DIMMOZOR

Ne ratez plus aucune information Inscrivez vous !

Dimmozor

Vous êtes un particulier

Vous êtes un professionnel